À mort la jalousie!

1202717_longing_1-1-.jpg

Avez-vous déjà vécu un sentiment de jalousie ou d’envie qui vous ronge en dedans? Moi si! C’est pénible et on aime pas  trop demeurer dedans longtemps!

 

Pour le corps, c’est comme boire une petite gorgée d’acide ou d’eau de Javel! Un cruel poison insidieux. Quel être humain ne s’est jamais abaissé à ce point une seule seconde dans sa vie?

Si la jalousie fait partie de l’expérience humaine, elle n’en est pas moins douloureuse. Alors que j’étais bébé au berceau, mes parents ont vécu la mort tragique de ma soeur aînée. Aussi, ont-ils vécu un deuil difficile à surmonter.

Mais le bébé que j’étais a ressenti ce repli temporaire (et normal dans les cirsontances) comme un abandon. C’est alors qu’un grand vide affectif s’est installé en moi. Quand ma soeur cadette est arrivée, elle portait les traces de ce deuil douleureux vécu par mère se manifestant par une maladie obligeant ce nouveau-né à séjourner longtemps à l’hôpital.

Aussi, chaque soir, mes parents allaient-ils la visiter, ce qui me privait encore de leur présence et de leur affection. L’adulte que je suis aujourd’hui comprend cette situation passée, mais sur l’enfant que j’ai été, cette absence prolongée a déposé sur moi une réelle violence.

Quand un événement est enregistré en soi dans le non-amour, on le sait, inévitablement la vie nous le sert à nouveau  jusqu’à ce que nous en soyons libérés par une acceptation et un pardon.

Hier soir, j’ai rencontré une dame qui s’interrrogeait à savoir pourquoi son conjoint décédé depuis des années est sans cesse dans ses rêves.

Dans le dernier rêve, il lui demandait d’aller le rejoindre, ce qu’elle refusait complètement. Elle avait même craint que ce rêve ne soit un avertissement de se préparer, que la mort ne vienne la cueillir.

Intuitivement, il me vint à l’idée de lui demander si son défunt mari était un être jaloux et possessif? Elle s’empressa d’approuver et me dit que sa vie à ses côtés avait été assez infernale. Elle a même l’idée de la raconter un jour dans un bouquin.

J’ai entendu le témoignage de trop de femmes immigrantes qui vivent cette jalouse maladive de la part de leur conjoint.

Des hommes vont se chercher une épouse dans des pays du Tiers-Monde et en font une esclave sexuelle, privée de ses droit fondamentaux, la tenant à l’écart afin qu’elle ne possède pas la langue du pays, obstacle à la communication, mais surtout à la liberté.

Bien sûr, ce n’est pas lot de tous les hommes! Il ne s’agit pas de généraliser ici.

J’ai entendu des témoignages plus d’une fois de ces femmes menacées d’être retournées dépouillées dans leur pays d’origine et surtout sans leurs enfants.

Quelle mère pourrait accepter un tel destin sans se résigner, sans se sacrifier pour ses petits? C’est ce qu’elles font. Ainsi sont faites les femmes. Elles préfèrent souvent taire leur souffrance, obéissant au tyran et poursuivant leur calvaire.

Ce qui revient à dire que la femme immigrnate ne peut demander de l’aide à personne, ne connaissant pas les ressources disponibles. Si diviser pour régner est vrai,  isoler l’est aussi!

J’en ai déduit, à tort ou à raison, que ce défunt mari n’était pas encore allé vers la lumière, qu »il était demeuré dans son purgatoire du bas astral afin de purger ce désir trop envahissant sur sa femme. Puissant, ce sentiment!

Ça vous retient en bas au point de tirer la manche d’un humain bien vivant vers le monde des morts afin de ne pas perdre l’autre.

Je ne sais plus qui a dit que lorsqu’on craint de perdre, on a déjà perdu!

Je connais bien deux façons simples de se débarrasser de cette situation de défunt qui vous colle après. Ça peut même se faire dans l’amour inconditionnel et le respect.

Si tel est votre besoin, je me ferai un plaisir de vous accompagner dans une telle démarche.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Postulats de rêves (Rafraîchissez la page pour en voir un autre)

  • Cette nuit, je vois le visage du partenaire idéal pour moi et je sais ce qu’il a à m’apprendre.

Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification lors de la publication de chaque nouvel article par email.

Les signes de jour