Aye ayyyyye…une souris!

Anmazzr1026-2-.gif

On a rentré le bois hier dans la cave. Et ce matin au lever, j’ai fait une rencontre du troisième type : une petite souris de bois!

 

Ayant encore en tête mon dernier rêve du matin, la souris m’a fait penser à un rêve que j’ai déjà vécu dans lequel il y avait une de ces petites bêtes! Comme les souris, manifestement une présence indésirable dans la demeure car elles peuplent par coup de vingt petits à la fois, j’avais défini ce petit mammifère comme une pensée envahissante.

À l’adolescence, je rêvais souvent, non pas de souris mais de moufettes. Le scénario était inlassablement le même. Je marchais la nuit dans une ruelle obscure et soudain, je voyais des garçons ‘qui couraient’ derrière moi. Affolée, je fuyais jusqu’à ce que j’arrive dans un cul-de-sac teminé par une haute barrière.

Comme la femme bionique à la télévision de cette époque, je sautais et l’enfourchait. Chaque fois, une moufette venait me sauver la vie! Sortant de nulle part, elle clopinait en direction des garçons qui, la voyant, fuyaient à toute jambe. J’étais ainsi sauvée par sa présence. Il m’a fallu beaucoup de temps avant de comprendre le sens de cette visite dans mes rêves.

À mon adolescence, comme mon père était très sévère, je ne devais pas laisser les garçons m’approcher car je me serais attirée des embêtements. Ainsi, quand un garçon ‘courait’ après moi, je me revirais de bord et lui lançais une parole si désagréable que ça lui enlevait tout désir de contact avec moi. Je lui enlevais complètement l’envie de recommencer. Bien sûr, ce choix était basé sur la peur, non sur l’amour, mais c’était l’attitude  de cette époque révolue.

Il y eut aussi cette fois où un gorille en furie, sortant d’une grange, courait dans le pré en direction de la forêt. En journée, je m’étais mise en colère contre un proche. Ainsi le rêve, dans son intellignece infinie, m’avait permis d’observer mon porpre comportement, quittant  la zone de domestication (maîtrise de la colère) et lui laissant libre cours. La forêt n’est-elle pas le lieu où habitent les animaux non domestiqués?

Les animaux de nos rêves nous montrent vraiment nos instincts primitifs à intégrer et à apprivoiser pour mieux les maîtriser. Et vous, quel animal loge dans vos contenus oniriques?

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Postulats de rêves (Rafraîchissez la page pour en voir un autre)

  • Cette nuit, je rencontre mon âme.

Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification lors de la publication de chaque nouvel article par email.

Les signes de jour