Ben ordinaire, dites-vous?…

anotheryear_smallposter2-1-.jpg

Avez-vous vu le film Another year? Au premier abord, on pourrait croire que c’est platte et banal. Mais quand on le regarde avec le coeur, on découvre un chef-d’oeuvre!

Avez-vous déjà pensé que votre vie de couple est ennuyante et banale?

Si oui, il vous faut courir voir ce film qui enseigne comment la vie et le bonheur du couple se trouvent dans la simplicité et parfois même dans la routine saisonnière.

Hâtez-vous d’apprécier la chance que vous avez  de vivre avec une personne qui vous aime! Tant de célibataires sur cette planète donneraient cher pour jouir d’un tel privilège d’être aimé, tout simplement!

Il, elle ne vous aime pas de la façon que vous souhaiteriez, riez donc de vos attentes illusoires! Nous entretenons souvent de fausses idées concernant la façon idéale d’être aimée(e).

Je suis certaine que vous vous êtes rendus compte plus d’une fois que ça ne se passe pas comme dans les contes de fée. Sinon, il serait temps d’y réfléchir.

Dans le film, je trouve très symbolique et sympathique cette façon dont le couple vedette cultive sa parcelle de terrain dans un potager communautaire dont il ramène à la maison la récolte de beaux légumes qui nourriront leur entourage quelquefois en détresse : collègue de travail alcoolique et envieuse, frère veuf et taciturne, ami déprimé, etc.

Leur maison et leur esprit sont ouverts dans l’amour inconditionnel de ceux qui gravitent autour d’eux. Ils protègent toutefois leur amour en ne laissant pas les difficultés des autres ternir leur sérénité intérieure.

Ils pratiquent l’empathie et l’humour et non la sympathie.

Je me suis bien vite identifiée au personnage féminin en raison de son physique: grande, costaude, double menton(eh oui!), cheveux longs gris,  en somme un physique plutôt ordinaire mais chérie et appréciée par un compagnon de vie extraordinaire par son coeur aimant.

Le physique de cet acteur est également tout aussi ordinaire. Ni beau, ni laid mais combien rayonnant par son  intérieur. On n’aurait pu choisir meilleurs acteurs pour illustrer cette histoire.

Au moment où je me prépare mentalement à déménager et aller rejoindre mon compagnon à la campagne et de m’y faire aussi un potager, je me dis que moi aussi j’ai droit à ce privilège !

Et qui sait si je n’aurai pas un jour de ces poules gloussantes si amusantes à regarder picorer.

Il suffit parfois d’agrandir sa capacité d’aimer et d’accueillir celui ou celle qui se présente, mettant de côté les images préconçues que nous nous sommes construites depuis l’adolescence: il aimera ma cuisine, ne portera jamais de bas blancs, ne se mouchera pas bruyamment, et autres futilités du même genre.

Je n’avais pas un seul instant imaginé mon copain dans un tel physique et lui non plus. Ce ne fut pas le grand amour au début, ni d’un côté ni de l’autre. On a appris avec les années à se connaître et à s’aimer, à notre façon, graduellement, gravissant marche après marche.

Oh! Le mien est bien imparfait! Voilà bien huit ans que j’essaie de le transformer! Je crois bien que c’est moi, avec le temps, qui a le plus dû changer car je n’y suis pas arrivée !

Vous avez réussi ? Partagez-nous votre recette de succès!

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Postulats de rêves (Rafraîchissez la page pour en voir un autre)

  • Cette nuit, je vois le visage du partenaire idéal pour moi et je sais ce qu’il a à m’apprendre.

Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification lors de la publication de chaque nouvel article par email.

Les signes de jour