Créer à partir de rien

1207556_children-1- Ces temps-ci, il m’arrive souvent d’observer le comportement des enfants à leur insu. à tort ou à raison, j’ai l’impression qu’ils répètent tous le même scénario.

 

Ils jouent au Game boy au restaurant, attendant leur repas pendant que p’pa et m’man placotent  de tout et de rien. D’autres à la puberté, défilent les messages reçus sur leur cellulaire ou caillent devant la télévision. Aucun mot ne sort de leur bouche.

On pourrait leur adresser la parole, qu’ils ne répondraient même pas tant ils sont hypnotisés par ces bidules en main.

Je me pose une question très sérieuse: Savent-ils encore jouer? Ont-ils assez de créativité pour s’inventer des jeux ou leur faut-il des gadgets tout préfabriqués qui leur disent quoi faire et comment le faire?

Ils me semblent si lointains en terme de communication, quand même ils sont en contexte du repas de famille, de la visite chez la parenté ou du shopping familial.

Je dois être vieille ma parole parce que j’ai le goût de vous dire: DANS MON TEMPS, ben oui! dans mon temps! Je me rappelle que je passais des heures à fabriquer des meubles à ma poupée avec des boîtes de carton. Quand ce n’était pas de créer la poupée elle-même!

Je me rappele entre autres, ce sofa pour lequel je m’étais improvisée ébéniste, puis, rembourreur découpant une ancienne robe ultra chic de ma mère en laine vierge pour recouvrir le tout.

Pour la touche finale, je l’avais garni de petits coussins taillés dans un élégant col châle en simili léopard qu’une voisine avait envoyé à ma mère pour en faire des tapis tressés.

Tout devenait matière à création: des bouts de bois, une fois gossés, devenaient des flèches empoissonnées au bout de nos lances pour tuer les alligators de la rivière au beau milieu de la jungle de notre imaginaire; …

…des vieux chapeaux et vêtements servaient d’acessoires pour nos pièces de théâtre amateurs dans lesquelles chacun à tour de rôle pouvait jouer le héros.

Le tricycle devenait la voiture décapotable idéale pour le voyage de noces de mes 5 ans avec Luc, mon petit voisin et compagnon de jeu idéal.

Dites-moi que nos enfants actuels savent faire tout cela, rassurez-moi, je vous en prie! Dites-moi que j’ai tort de m’en faire pour eux…que l’imagination et leur potentiel créatif n’est pas perdu.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Postulats de rêves (Rafraîchissez la page pour en voir un autre)

  • Cette nuit, je vois le visage du partenaire idéal pour moi et je sais ce qu’il a à m’apprendre.

Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification lors de la publication de chaque nouvel article par email.

Les signes de jour