Devenez un rêveur actif !

967260_baby_maximus-1-.jpg La plupart des voies spirituelles actuelles recommandent à leurs chélas une étude approfondie et assidue des rêves. Puisque ces images de nuit sont le résultat de nos créations où le rêveur est à la fois auteur, producteur, metteur en scène, acteur et spectateur, ils contiennent donc des vérités qui nous collent à la peau.

Les rêves reflètent la totalité de ce que nous sommes : un héros, une victime, un être rempli d’amour pour ses semblables ou un cruel bourreau. Bref, ils présentent toutes nos facettes lumineuses ou sombres, guerrières ou pacifiques, socialement acceptables ou en répression. Ainsi, après avoir été mis en présence de ces aspects multiples, nous pouvons mieux intégrer l’individualité de l’âme que nous sommes et grandir un peu plus.

Mais quels avantages y’ a-t-il à porter attention aux contenus nocturnes? Les rêves sont, à mon sens, l’instrument idéal pour apprendre à se connaître. «Connais-toi, toi-même» a écrit le sage Socrate! Nos activités oniriques peuvent aussi nous informer lors de la présence d’éventuels dangers, nous conseiller sur notre santé, trouver des réponses à nos questions, guérir des souvenirs douloureux, solutionner des problèmes financiers, communiquer, s’équilibrer, maintenir le contact avec le Divin, apprendre, faciliter l’adaptation au changement, etc . La liste est longue ; les possibilités illimitées!

Graduellement en travaillant activement avec ses rêves, une plus grande confiance en soi s’installe. Nous devenons notre propre source de renseignements et elle s’avère des plus fiable. Mais comment est-ce possible? Pourquoi donc se fier aux messages de nuit?

Eh bien! Sachez que le jour, nous utilisons à peine 5 à 12% de nos facultés cérébrales, contrairement à nos périodes de sommeil paradoxal (sommeil accompagné de la mémoire de rêve) où nous utilisons, attention!: 80% en moyenne de ce potentiel! Nous sommes donc tous des génies lorsque nous dormons. Voilà pourquoi les rêves sont de précieux alliés. Voilà pourquoi il faut les mettre à contribution dès maintenant!

Mais comment donc les utiliser et les mettre à notre service chaque nuit? D’abord en formulant des demandes à ses rêves. Non pas sous la forme de questions mais par un énoncé simple et concis noté dans un journal de la façon suivante :

-Cette nuit, je découvre une solution créatrice à mes problèmes financiers;
-Cette nuit, j’invite l’âme de ma mère décédée à me rencontrer afin de prendre de ses nouvelles;
-Cette nuit, j’essaie un nouveau look dans mes cheveux pour le printemps qui vient!
-Cette nuit, je vole comme un oiseau dans le ciel.

Les possibilités sont illimitées. Je vous invite à consulter le livre Les rêves, messagers de la nuit de Nicole Gratton publié aux Éditions de l’Homme, dans lequel vous trouverez plus de 150 exemples de postulats. Voilà de quoi satisfaire pour longtemps l’appétit des Indiana Jones du rêve!

Sous la forme affirmative, le subconscient tend à collaborer davantage que sous la forme interrogative. De plus, en mettant sur papier notre demande, le mental libère cette énergie et se rend ainsi plus disponible à créer un scénario répondant aux attentes du rêveur. Soyez donc audacieux et profitez au maximum du laboratoire personnel qu’est le rêve, et ce en toute sécurité.

Travaillez en coopération avec les rêves, c’est fantastique! Mais d’abord, faut-il s’en souvenir? Une lecture sur le sujet (ne serait-ce que dix minutes avant de dormir) ouvrira votre esprit et permettra à la mémoire du rêve de vous offrir ses cadeaux. De plus, vous risquez de valider en rêve les notions lues. Rien ne vaut l’expérimentation directe. Ainsi nul ne pourra ainsi vous enlevez vos preuves irréfutables.

À l’instar de nous tous, la rêve a des amis mais aussi des ennemis. Il convient à prime abord de bien les identifier. Commençons par les amis : un désir sincère de vous occuper de vos contenus oniriques aide au rappel. La loi spirituelle de l’économie est à l’oeuvre et ne tolère pas le gaspillage. Un sage a déjà dit : «On ne donne pas de perles aux pourceaux!» Ceux qui ne sont pas en mesure d’apprécier les informations du rêve se souviendront rarement de leurs rêves.

Une grande fatigue entravera également la mémoire du rêve. Les images de nuit ont alors de la difficulté à s’imprimer sur notre «disque dur» lors de ces périodes. Il est bon de savoir que lorsque nous nous mettons au lit, nous ne devons pas être épuisé. Nous avons alors causé un déséquilibre dans notre dépense énergétique. «Trop» est comme «pas assez»! Suivre la voie du juste milieu est la solution. Savoir s’arrêter et se mettre à l’oeuvre quand il en est temps.

Une écoute attentive et respectueuse favorise la mémoire du rêve. Traiter ses rêves de ridicule, idiot ou incohérent… révèle notre propre incompréhension de nous-mêmes et un manque flagrant de conscience face à nos états intérieurs. Bénissez vos rêves même si vous ne les comprenez pas du premier coup! Les rêves incompris se répètent pour notre plus grand bien en empruntant diverses métaphores pour mieux de cerner et résoudre une situation conflictuelle.

Une bonne estime de soi facilite le travail des rêves. Me croire digne de recevoir ces trésors de la nuit ne fait que contribuer à les multiplier. Nous sommes des êtres d’abondance et de plaisir, ne l’oublions pas! Du simple fait que nous sommes âme permet de jouir de cette guidance. Il arrive souvent, lors de mes conférences, que des gens me demandent combien de temps elles doivent patienter avant de recevoir des réponses à leurs postulats du soir. J’ai alors tendance à leur retourner la question : «Combien croyez-vous?» Sachez que le rêve agit selon nos attentes. Par exemple, si vous croyez que vous n’êtes q’une débutant(e) sans expérience, et que de ce fait, cela doit bien nécessiter trois bonnes semaines d’incubation avant d’obtenir une réponse, le rêve se moulera à vos croyances! Personnellement, je n’ai jamais cru un seul instant que le rêve avait besoin d’un délai de réflexion. J’ai ainsi obtenu une réponse à mes questions dès le première nuit!

Toutefois, mentionnons que le postulat livre l’information selon trois critères importants . D’abord : avoir un désir sincère et honnête de vouloir coopérer avec ses rêves. À quoi bon interroger ses nuits si on rejette la réponse au panier et que l’on ne pose aucune action conséquente. Puis, un second point : avoir une intention noble et élevée. Les rêves ne sont pas à notre service pour que nous les utilisions de façon purement égoïste. La loi spirituelle du retour veille au grain. Soyons écologique dans nos demandes. Pensons aux autres. Que les fonctions du rêve soient donc utilisées pour le bien du Tout. Un Tout, dans lequel vous faites partie évidemment! Un dernier point : avoir un besoin prioritaire. Le rêve est infiniment intelligent. Il sait quel domaine de ma vie doit prioritairement être mis en lumière. Ma santé? Mes relations familiales? Ma situation d’épouse? Bref, il va doit au but.

Développez donc la bonne habitude de vous mettre au lit dans une attente joyeuse vis-à-vis de vos rêves, devenez des passionné(e)s du rêve. Ils sont de fidèles serviteurs attentionnés qui ne demandent qu’à faire de vous une personne heureuse. Découvrez toute la magie que recèle ces heures de repos, faites-en des envolées enchanteresses!…Et bons rêves!

Dans le prochain article, découvrez qui sont les ennemis no# 1 du rêve. Essayez des trucs simples et pratiques pour mémoriser vos rêves davantage.

Paule Boucher

Enseignante et auteure
Québec

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Postulats de rêves (Rafraîchissez la page pour en voir un autre)

  • Cette nuit, je fais un rêve de victoire.

Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification lors de la publication de chaque nouvel article par email.

Les signes de jour