Je m’adapte à mon nouvel environnement

1343188_caribian_sea-1-.jpg

Dernièrement, je suis allée en vacances dans le sud. Le premier soir, j’ai noté dans mon journal de rêves le postulat suivant : Cette nuit, je m’adapte à mon nouvel environnement.

Dans mon rêve, cette nuit-là, je voyais ma tante que j’entendais parler. Je descendais  un ‘step’ assez élevé fait de crépis beige.

La demeure où je me trouvais en vacances était également de crépis beige. Ce détail me confirmait donc un lien avec mon postulat.

Dans la vie d’éveil. Dès mon arrivée, mon voyage ne se présentait absolument pas selon mes attentes. Mais je n’avais aucun pouvoir de changer les événements puisque je n’avais pas pris d’entente auparavant. Je ne pouvais donc espérer voir combler mes attentes sans entente.

La personne de ma tante représente pour moi une personne très digne, très diplomate dans sa communication ( je l’entends parler), qui n’exprime pas de gros mots et sait retenir sa langue lorsqu’il le faut, malgré des contrariétés et des circonstances désagréables.

Mon rêve m’invite donc à rester dans la dignité et le respect. Je dois avouer que le niveau de vie des gens de ce pays également m’éprouvait. Je ressentais tellement de tristesse de voir comment cette population trimait si dur et pour si peu!

Je me sentais abuser de leur hospitalité sur leurs terres avec des gardes du corps en permanence sur la plage pour protéger les touristes du vol,  des enfants vendeurs itinérants, des chiens errants, etc. I y en avait au cent pieds.

Je me voyais comme la nord-américaine qui venait étaler son opulence sur une plage devant des yeux envieux de gens qui aimeraient tant jouir de nos richesses, laissant le meilleur de leur pays à des étrangers.

Je lisais dans leurs yeux la tristesse ou le sentiment d’injustice de voir tous ces riches envahir leur ville. J’ai vu peu de gens sourire et cela m’affectait. Ils étaient gentils mais ne semblaient guère heureux de leur sort.

Je me suis interrogée. Est-ce que je me sentais coupable de vivre dans l’abondance? Non ! Je connais trop le rôle du karma individuel, familial et collectif comme celui du Québec et de sa population.

Mais difficile d’accepter que chacun est à sa place quand on constate la leur!

Je me sentais plutôt coupable de me faire servir comme une princesse par ces gens si mal payés. Je vivais et sentais tout à coup dans mes tripes l’inéquité nord-sud.

Oh! Bien sûr, les gens que je côtoyais me disaient que je n’y pouvais rien, que la vie était ainsi. Non! Je pense qu’ensemble, avec de la bonne volonté, nous pourrions changer les  choses et partager plus équitablement.

Et ne me dites surtout plus que si nous cessions d’aller envahir leurs plages, ils creveraient de faim! Je trouve cette réponse défaitiste. Nous avons tous le pouvoir d’agir  autrement! Allons-nous continuer d’abuser de leur bonté commandée par leurs dirigeants? Ce ne doit être qu’une solution à court terme.

Les richesses de leur propre pays ne leur appatiennent d’ailleurs pas. Ce sont pour la plupart des propriétés  d’investisseurs étrangers: italiens, américains, etc.

Je ne retournerai plus dans ce pays, ça me fait trop mal! Contente d’avoir vu mais heureuse de revenir chez moi! Si vous m’entendez un jour chialer après mon pays le Québec, n’hésitez pas à me sonner les cloches!

Un coin du sud certes paradisiaque mais plein de contradictions et de misères!

Que les bénédictions soient et que le ciel m’entende!

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Postulats de rêves (Rafraîchissez la page pour en voir un autre)

  • Cette nuit, je suis à l’écoute de ma partie féminine.

Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification lors de la publication de chaque nouvel article par email.

Les signes de jour