La douceur ou “On ne donne pas ce que l’on a pas”!

742666_feather-1--copie-1.jpg

Cléo est un gros toutou duquel émane une telle douceur que cela m’émeut parfois. Elle en a et en donne de façon tout à fait illimitée!

Son premier maître, alors qu’elle était bébé, la lui a enseignée. Quel cadeau elle a reçu! C’est à souhaiter que tous les enfants du monde puissent la recevoir aussi.

Elle ne jappe pas en vous voyant arriver, ne vous mordra pas si vous l’approchez pendant qu’elle gruge son os,  ne sautera pas à pattes jointes sur votre sofa de cuir blanc, ne montrera pas les dents si elle rencontre un autre animal durant la promenade ou encore si vous refusez de partager votre gueuleton.

Est-ce à dire que que l’on ne donne pas ce que l’on a reçu? Si on a été élevé dans un milieu à la dure, est-ce à dire qu’on sera dur et ainsi condamné à le rester?

Je suis convaincue que chaque être possède en lui un infini potentiel de douceur. Elle est bien emballée dans un papier brun enfouie dans un recoin sombre à  l’intérieur de soi et n’attend que nous la dévoilions au grand jour pour rayonner.

Mais comment fait-on? À mon sens, le fait de s’entourer de personnes qui ont cette façon naturelle de vous parler avec douceur, avec une voix douce, pas du tout forte, des mots doux qui sortent de leur bouche comme une berceuse ou un ruisseau qui coule, nous fait un peu sortir la nôtre de son emballage.

J’en ai rencontré une au Premier de l’An: Marou. Je ne sais pourquoi mais quand elle parlait avec sa voix douce, intérieurement, cela m’apaisait tellement et me donnait envie aussi de parler sans effort sur les cordes vocales. C’était contagieux.

Ça me faisait un baume sur le coeur, surtout que ce n’allait pas au mieux pour moi dans notre partie de jeu de la Transformation!

Quand on m’a demandé ce que j’appréciais le plus chez cette personne, tout de suite, ce qui m’est venu était de parler de sa voix et de son ton. Personne autour de la table n’a vraiment compris le sens profond que cela pouvait avoir pour moi, mais bon! L’effet était en moi, c’était indéniable.

Au contraire, quand une personne parle fort, (ça m’arrive aussi!) vous savez, ce type d’émetteur qui emprunte le ton de Dieu le Père lui-même qui sait tout, ça grince en dedans! Ça me donne envie de tourner le bouton intérieur pour ne plus avoir à supporter ce ton.

Aujourd’hui, je me fais la promesse de garder ce ton de douceur pour au moins 24 heures. Si un événement m’égratigne, j’attendrai à demain pour le régler, le temps de respirer un bon coup par le nez!

C’est ainsi, qu’on peut semer de la douceur partout dans notre Univers: avec la caissière au marché, la serveuse au restaurant, la préposée à la poste. Ah! J’oubliais, je pourrais peut-être commencer par pratiquer avec ceux qui sont mes proches!…

Belle journée, dans un amour ouatée et douillet.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.