Moi une instable?

577013_tightrope_walker.jpg

Je viens de terminer la lecture du bouquin de mon ami Lorne  intitulé Rendez-vous heureux. Je suis si contente, car pour la première fois, je rencontre une personne qui pense comme moi ! Et c’est si rare un jumeau pareil !

 

En effet, j’ai eu la surprise de lire, vers la fin de son livre, qu’il a occupé plusieurs postes variés dans sa vie et que, chaque fois qu’il se rendait compte qu’il n’y avait plus de défi pour lui, il avait beau bénéficier d’excellentes conditions dans son emploi, ce n’était guère suffisant pour le retenir.

Dans mon cas, de toute façon, je n’avais pas le choix car l’ennui est mortel et tue toute ma créativité.  Oh! J’ai bien essayé une fois, mais j’ai développé la maladie de Renaud ou Raynaud, je ne sais plus trop. Pas facile la résistance au changement!

On collabore au changement, on est alors dans un état d’exultation et dans la joie, ou on résiste et s’installe la souffrance. J’aime mieux la joie.

Dans la vie, il y a selon moi deux types de personnes: les insécures qui préfèrent l’argent et rester à leur poste au risque de développer des maladies graves et celles qui ne peuvent cesser d’apprendre car leur vie devient grisaille et insupportable. J’en fais partie.

Pour moi rester en emploi quand je m’ennuie, c’est comme m’agripper à un rocher au beau milieu de la rivière en voulant remonter le courant. On se fatigue vite, croyez-moi !

Il y a plusieurs années, j’ai passé une entrevue d’embauche dans une entreprise de recyclage de matières. Le président me mentionna qu’il tenait à ce que son candidat possède au moins un ‘bac’ en administration. Du tac au tac, je lui ai répondu qu’un bac, j’en avais un sur mon balcon depuis le tout début de leur entreprise.

Je crois définitivement au réemploi des matières pour sauvegarder notre environnement. Nul besoin de me convaincre de l’importance de cette initiative. Le président n’a pas retenu ma candidature, préférant opter pour une jeune femme qui, elle, avait son bac universitaire.

Mais surtout, en lisant mon curriculum vitae, il me jugeait à peine à mot découvert trop instable dans ma trajectoire d’emploi  qui relatait des expériences bien trop diverses. En riant, je lui ai répondu : ‘C’est sûr! Je suis Paule …yvalente! Il ne l’a pas ri.

Mais les choses ne vont pas toujours selon notre volonté mais bien selon les expériences de vie qui nous sont destinées, n’est-ce pas? Ainsi, cette jeune personne avait entretemps déniché un autre emploi, ce qui fait que ‘jai été rappelée pour entrer en fonction.

Bonne deuxième, mais enfin, ça ne fait de mal qu’à lego.

Au fil des événements, je suis passée d’agent de développement à agent de développement, adjointe à la direction, secrétaire, représentante, superviseure de personnel d’entretien ménager, formatrice,  peintre, traiteur dans le temps des Fêtes, guide-animatrice  lors des visites, préposée au service à la clientèle et réceptionniste.

Ç’est payant pour une entreprise du monde pauleyvalent parfois! …Hein?I l a fallu bien des emplois diversifiés pour arriver à cela!

La vie est un éternel changement, toujours en mouvement. Comme moi, quoi ! Le potentiel est fait pour être développé et exploité à fond.

Rien n’est permanent. Alors pourquoi chercher des emplois stables à vie? Ça n’existe pas puisque ça va à l’encontre de la nature de la vie elle-même!

Si vous en trouvez un, méfiez-vous! Vous pourriez bien assister à vos propres funérailles de votre vivant, déjà éteint avant d’avoir pleinement vécu.

Non, je ne suis pas une instable! Je suis vivante et bien vivante à part cela! 36 emplois mais loin des 36 misères!

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Postulats de rêves (Rafraîchissez la page pour en voir un autre)

  • Cette nuit, je rencontre mon âme.

Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification lors de la publication de chaque nouvel article par email.

Les signes de jour