Mûres et égratignures

blackberry-1499338J’adore cueillir des petits fruits mais sauvages.

Cette passion est tellement forte que si je m’adonne à passer devant une belle talle de mûres, même si je porte des tongues, une camisole et un short, j’ouvre le coffre de ma voiture, y prend un contenant et m’élance dans  ces buissons épineux.

Résultat ? Le congélateur plein à craquer mais je passe mes semaines d’août avec des égratignures plein les jambes et les avant-bras.

C’est comme toutes les habitudes de vie qui, malgré qu’elles nous font souffrir, on les maintient parce que le plaisir qu’elles engendrent dépasse la douleur. Faut juste évaluer si ce plaisir nous est salutaire ou nuisible en bout de ligne.

En forêt, j’ai rencontré un homme qui partageait aussi cette passion des mûres. Il était fier de me dire qu’il en ferait des tas de posts de confiture pour cet hiver. Nuisible à mes yeux dans ce cas alors!

Je lui ai répondu que personnellement, je ne pouvais pas me permettre une telle absorption de sucre. Trop c’est trop! Je me contente de les congeler et de les mettre dans mes céréales chaudes le matin au cours de l’hiver alors que le petit contenant de mûres coûte  5.99$.

Tout bien pesé, je maintiendrai cette passion mais m’en tenant à les consommer naturelles, même si j’en salive de sa confiture rien qu’à y penser. Faut bien choisir ses batailles!

 

 

 

 

 

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Postulats de rêves (Rafraîchissez la page pour en voir un autre)

  • Cette nuit, je rencontre mon âme.

Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification lors de la publication de chaque nouvel article par email.

Les signes de jour