Travailler avec amour…

1185524_traditional_lithuanian_folk_handicraft-1-.jpg

…c’est tisser un vêtement avec les fils tirés de votre coeur, comme s’il était destiné à votre bien-aimé. N’est-ce pas de toute beauté que cette réflexion de Khalil Gibran, ce prophète et grand poète perse ?

Quand on y pense un instant, chaque action que l’on produit avec amour donne des résultats différents de celle qui a été accomplie dans la routine et sans conscience.

Dans les mondes invisibles, les atomes s’organisent alors dans un but de transformation et de création. Et, dépendammment de notre intention à la base et de l’amour que l’on y investit, on se réjouira à la toute fin ou encore ce sera décevant.Photos-043.JPG

Au cours de quelques mois de 2010, j’ai trimé chez un ami pour l’aider à décorer sa nouvelle demeure, je pourrais même ajouté que j’ai trimé très dur. Je me suis même donné une tendinite!

Là, je manquais d’amour, non pas dans mon travail mais envers moi-même, ne sachant pas m’arrêter au moment où mon corps en avait besoin.

Je n’étais plus concentrée sur mon coeur mais sur ma tête qui voulait venir à bout à tout prix des résistances des quatre épaisseurs de tapisserie dont la première, en papier rosé ultra mince et fragile, avait paré les murs à la fin du 19e siècle. C’est pas hier!

On peut apprendre toutes sortes de chose en travaillant, autant sur soi que dans la pratique! Cela me montrait combien je manquais d’écoute à l’égard de mon propre corps, complètement acharnée à finir le travail. Serait-ce une manifestation d’une tendancieuse (tiens, est-ce parent avec tendinite?) manie au workoolisme?

Ce sont de longues heures sans répit que nous avons mis pour permettre à cette antique maison de 1873 de retrouver toute sa beauté et sa jeunesse.

Photos-012.JPGCe fut une occasion unique pour moi que cet ami m’ait demandé de me charger personnellement de la déco. Cela m’a permis de réaliser combien je me sens bien en manifestant ma créativité, redécouvrant cette activité que j’avais délaissée depuis plusieurs années.

Chaque fois qu’une pièce était complétée, je ne pouvais que prendre un moment pour admirer, presque m’émerveiller du résulat et de ressentir une grande satisfaction intérieure. Bien sûr, tous les goûts sont dans la nature. Peut-être que, pour une autre personne, la beauté revêt un  visage différent.

Il reste à rénover ce vieux magasin général attenant à la maison. Je vais écouter et respecter mon corps cette foisPhotos-017.JPG en laissant le rude travail aux bras d’acier masculins, me réservant le dessert à la fin : la déco! Tout le monde y gagnera, en commençant par moi.

Ce magasin conservera sa vocation originale : il servira à combler les besoins des gens, non pas alimentaire, vestimentaire ou en quincaillerie mais en nourriture spirituelle et en outillage pour l’épanouissement.

Au plaisir de vous y accueillir pour que nous puissions, cette fois, travailler avec amour sur nous et découvrir les êtres de lumière merveilleux que nous sommes tous!

Photos-019.JPG

Demandez à n’importe quel ouvrier de tenter de construire un escalier en spirale avec pour seul outil une règle. Fallait que nos artisans québécois dans le passé, soit vraiment dans l’amour pour réaliser un tel travail de moine!

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.