Une histoire de pipi au lit

554365_pee_baby_pee_-1-.jpg

Permettez-moi de vous partager la guérison d’Octave et de son pipi au lit.

Avouons que c’est un bien triste sort pour un jeune adolescent que de ne pouvoir se réveiller pour aller au petit coin, surtout quand on partage son lit avec un frère aîné fier et propre.

Dans sa lignée maternelle, Octave, frères et soeurs, cousins et cousines, oncles et tantes avaient vécu ce même problème d’énurésie nocturne.

Mais voilà qu’Octave grandissait et craignait de se voir un jour pris avec son pipi au lit tout en étant marié et dormant aux côtés d’une femme! Quelle calamité et humiliation ce serait pour lui!

Il se privait d’aller dormir chez ses copains de crainte qu’il ne lui arrive des fuites nocturnes.

Malheureux comme un saule, il se mit à prier chaque soir durant quelques semaines pour obtenir de l’aide céleste afin de se réveiller pour vider sa vessie.

Une nuit, son père ivre et en colère, entra en trombe dans sa chambre et le réveilla en sursaut pour le réprimander et l’aviser que désormais, s’il osait encore uriner dans son lit, il allait passer un bien mauvais quart d’heure.

Il l’accusa de donner intentionnellement du travail supplémentaire à sa pauvre mère. C’était l’époque des laveuses à tordeur, des cordes à linge tendues à travers la cuisine, les sécheuses n’étant pas encore sur le marché. Il fallait étendre sur la corde à linge même l’hiver en se gelant les doigts.

Son coeur de gamin se noua. Pour rien au monde, il ne voulait causer de tels soucis à sa mère! Triste, il s’endormit en pleurant, impuissant devant ce karma et suppliant son petit Jésus d’intervenir car il ne fallait pas qu’il fatigue ainsi sa mère.

Il avait ainsi oublié son problème personnel pour celui qu’il occasionnait à sa mère. Il ne demandait plus une guérison pour lui personnellement mais par amour et respect pour une autre personne. Son intention était pure et noble, sans égoisme.

Cette nuit-là, il fut surpris de se faire réveiller par sa mère venue sur la pointe des pieds pour l’envoyer à la toilette. Pour le récompenser, sa mère lui dit que chaque matin où son lit serait sec, elle lui donnerait une pièce de dix cents.

La seconde nuit, sa mère le réveilla encore. Octave devenait soudainement riche avec ses pièces accumulées. Le troisième jour, un miracle se produisit : Octave se réveilla tout seul. Il se hâta de se lever pour se rendre à la salle de bain.

Les nuits suivantes, il en fut de même. Octave avait intérieurement la certitude que maintenant, il était guéri définitivement. Il ouvrit son tiroir, y prit les pièces de monnaie et les rendit à sa mère.

Sa récompense était au-delà de ses attentes. Rien ne pouvait lui faire plus plaisir que de jouir enfin de la liberté de dormir chez ses copains, commes les autres.

La morale de cette histoire est que si vous demandez un miracle de guérison qui ne vient pas, pourquoi ne pas changer de formule et essayer de voir comment cette guérison pourrait être utile aux autres par pure compassion ?

Qui sait si votre recette miraculeuse n’en sera pas améliorée et plus efficace ?

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Postulats de rêves (Rafraîchissez la page pour en voir un autre)

  • Cette nuit, je fais un rêve de victoire.

Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir une notification lors de la publication de chaque nouvel article par email.

Les signes de jour